Claude Gueux

Claude Gueux
Victor Hugo

Mise en scène
Thomas Visonneau

Avec
Frédéric Périgaud

Création marionnettes
Béatrice Courette

Production
Compagnie Thomas Visonneau

Soutiens
Théâtre Expression 7
Lycée Les Vaseix

Date de création
janvier 2016

Infos complémentaires
Spectacle créer pour se jouer dans les salles de cours (mais pouvant très bien se jouer dans tous types de lieux)

Claude Gueux, pour faire vivre sa famille, vole un morceau de pain : il se retrouve en prison. Là, il subit les mauvais traitement de son geôlier qui ne manque aucune occasion pour le rabaisser, jouer avec ses nerfs. Claude Gueux n’a plus qu’une seule solution : condamner à mort son geôlier.

Une parabole sous forme d’enquête policière
Un spectacle à 1 comédiens et 3 marionnettes

Victor Hugo raconte de façon chronologique et concrète tous les rouages du fait divers « Claude Gueux ». Le spectacle se mettra en place comme un réquisitoire. L’acteur, seul en scène, deviendra donc à la fois l’avocat et le juge de cette terrible affaire et entrainera le public à réfléchir, à prendre du recul. Le quatrième mur sera brisé : il s’agit de parler directement aux spectateurs et de les faire participer au procès « Claude Gueux ». Pour ce faire, trois marionnettes seront présentes : Claude Gueux, le geôlier tyrannique, et Albin. Car tous les personnages de la fable sont les pantins (plus ou moins bien traité) d’un système. Ils sont tous manipulé et donc, manipulable…

Intention

« Pour moi, l’idée reste simple : jouer dans les salles de classe des collèges et des lycées, interpeller les élèves dans leur milieu familier, les divertir, les instruire, les mobiliser. Victor Hugo est rayonnant. Victor Hugo est brillant. Victor Hugo me paraissait l’auteur idéal pour réconcilier les élèves avec les grands textes, les grandes paroles. Avec lui, il n’y a pas de demi-mesure : je voulais que sa parole sorte des livres et s’incarne directement devant les jeunes. Avec Claude Gueux, mon but est de faire réfléchir le public sur la notion de justice et la notion d’éducation. Qui est juste ? Et quand ? Existe-t-il UNE justice ? DES justices peuvent-elles cohabiter ? Pourquoi existe-t-il de l’injustice ? Comment résoudre ce problème ? Par l’éducation ? Si oui, comment ? En présentant le cas de Claude Gueux, Victor Hugo nous invite à ouvrir les yeux sur les conditions de vie des plus faibles, des « misérables », à ne plus nous voiler la face et propose des actions concrètes : éduquer le peuple, élever les pensées. Ces mots sont vieux de 200 ans mais résonnent encore puissamment aujourd’hui. D’où la nécessité, pour moi, de les faire entendre une nouvelle fois. » Thomas Visonneau